Wikio - Top des blogs - Politique

vendredi 16 septembre 2011

L'école des fans

Pendant que Nicolas Sarkozy faisait son marché électoral à Tripoli, le PS s'essayait à la mise en scène de ses primaires avec un débat télévisé entre les six postulants à la magistrature suprême.
Débat, débat, mouais... Titre certainement un peu galvaudé car j'y ai vu plutôt ce que les mélomanes appellent un canon. Suivant la définition de Wikipédia, un canon est une forme musicale polyphonique ainsi qu'un procédé compositionnel basé sur l'imitation, dans lequel une idée musicale - le thème - s'énonce et se développe d'une voix à une autre, de sorte que les différentes voix interprètent la même ligne mélodique, mais de manière différée : ce décalage produit une superposition de mélodies, le contrepoint... Mais ne boudons pas notre plaisir car, malgré tout, c'est un bel exercice politico-démocratique que nous ont livré, hier soir, les leaders de la galaxie PS.
Entre école des fans et chorale de quartier un peu poussiéreuse, il était difficile parfois d'éviter un sourire moqueur ou un bâillement d'ennui. Aucun des impétrants ne voulant insulter l'avenir, les fleurets étaient plus que mouchetés, les coups étaient retenus même si, à l'occasion, on voyait poindre des regards qui ne trompaient pas sur les sentiments éprouvés. Il est certain qu'ils ne partiront pas ensemble en vacances et que nous ne reverrons pas, hélas, un croustillant remake des "Bronzés font du ski", cet hiver !
Même sur le nucléaire, on a évité la fission entre Martine Aubry et François Hollande, juste quelques fuites radioactives mais rien de bien grave au final. On croirait presque entendre un compte-rendu du ministre japonais après Fukushima...
Pour conclure, ce sont les outsiders, ceux qui n'avaient rien à perdre, qui nous ont permis de discerner une petite musique dissonante. Entre Baylet qui avait troqué son cigare cubain pour un bon vieux pétard, Valls qui a du faire pleurer du côté de la Place Beauveau ou Montebourg qui a plus que jamais endossé les habits de Saint-Just, ils ont tous trois suscité une saine émulation. Qu'un bonus soit donné à Arnaud Montebourg pour sa position certainement la plus iconoclaste mais qui ne serait pas reniée par bon nombre d'observateurs de la vie économique et politique mondiale. Il est le seul de tous à avoir pointé le nez hors de nos petites frontières et à avoir tracé un chemin, certes périlleux, mais qui n'en est pas moins exaltant.
"Euhhh..." comme dirait François Hollande... Je n'ai pas cité dans ce billet Ségolène Royal pour la simple raison qu'elle a ressemblé à une triste tranche de jambon fade d'un sandwich SNCF, prise entre deux morceaux de pain bien trop étouffants.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Blog Patrol